Les vacances se poursuivent.

Grand Loulou profite des copains, de la pêche aux écrevisses (étranges bêtes rouges aux grandes pinces dont il ignorait jusqu'au nom avant d'arriver et, dont il connaît désormais tous les secrets (« elles adooooooooooorent le saucisson !!! »), de parties de foot sur la plage avec Papa et scrapati et patata … La p'tite Lilly déambule à toute allure et à toute heure sur son bolide à deux roues estampillé « Reine des Neiges » (j'ai nommé la trottinette, mais si tu as suivi les péripéties du chargement, tu l'auras deviné ;-) ), elle devient maître dans l'art de la glace et des châteaux de sable, prépare son CAP petite enfance en s'occupant de bébé Lélé (eh oui, il n'est jamais trop tôt ! )...

Bébé Lélé ne fait toujours pas ses nuits mais abuse largement des siestes sur la plage, les fesses au vent du large, dispose de ses frère et sœur au moindre gazouillis, se délecte des purées et compotes mitonnées par Maman et s'essaie à quelques « Mamemamemame » qui m'envoient directement sur Vénus !

L'Homme sieste au même rythme que Bébé Lélé et ça lui fait du bien, il se dope aux bisous, aux « Papa d'amour » de sa fifille, et aux échanges de ballon sous le soleil, exactement ! Bref, l'Homme vit !

Et moi, pendant c'temps là, j'engrange un paquet d'amour, des tonnes de souvenirs, je me nourris de rires et de regards, de sourires, de bisous mouillés et scrapati et patata …

Parmi les bonheurs estivaux, l'un de ceux que je préfère c'est le partage père-fils parfois contrarié par le train-train quotidien. Le Grand Loulou en effet, est un enfant plus que loquace (mais de qui tient cet enfant … tiens, tiens, tiens, je me le demande ?! Mouhaha), très curieux, avide de savoir et au besoin impétueux de partager ses connaissances. Tu l'auras compris, toutes ces qualités qui lui serviront, j'en suis sûre, dans la vie, peuvent s'avérer parfois, quelque peu … fatigantes au quotidien. Si ce n'est un oedipe contrarié, il en va cependant que tout cela engendre parfois des tensions entre l'Homme et le fils. L'Homme, qui veut créer le fils à son image, ne cesse de le comparer à l'enfant qu'il était … ou plutôt, à l'enfant qu'il pense avoir été ;-). Je te rassure tout de suite, « Oedipe par procuration » est fier de son fils et la comparaison n'est pas nécessairement mal orientée ; mais il est un domaine où il est persuadé d'avoir excellé là où le Grand Loulou se trouve moult talent, sans forcément que la réalité vienne corroborer ses rêves … j'ai nommé : le football !!

Devant l'insistance de mon Didier Deschamps quant aux qualités footballistiques de notre futur Mbappé (ou pas donc) je lui faisais remarquer que bien souvent les enfants se fondent un monde dont ils sont les rois, les héros, les maîtres et scrapati et patata et que certainement, le don dont il s'est persuadé d'avoir été doté à l'âge de cinq ans n'était qu'un leurre de l'enfance … Que n'ai-je dit là !?! L'Homme n'y croit pas une seconde, tu t'en doutes bien ! Hasard ou coïncidence (?!), l'après-midi même, lovée sur la plage, calée au creux du Bébé Lélé qui mâchouille son poulpe à grelots, je parcours les nouvelles et là, l'article qu'il me fallait : « Les souvenirs que vous avez de votre enfance sont certainement faux » ! Je tiens un discours ami pour appuyer mes dires !

Passé le moment de gloire et redescendue sur le sable chaud, je regarde ma Boule d'amour baveuse et gazouillante et je me laisse aller à la mélancolie de l'enfance qui se passe, juste ici, devant moi, auprès de moi, au plus profond de moi … Eh oui, Bébé Lélé, comme le Grand Loulou, comme la Petite Lilly un jour, demain, dans un an, dix ans, sinon plus … auront tout oublié de leurs premières années, au mieux, les auront, par le temps modifiées …

Je tisse le fil de ma pensée, ou plutôt, celui-ci me hisse vers d'autres horizons, et je chavire au chevet de ma grand-mère … Mèmère … De mes quatre ailleuls, je n'ai plus qu'elle depuis bientôt 17 ans … Je n'ai plus qu'elle et pourtant, je ne l'ai jamais vraiment eue comme « Grand-mère ». En ce domaine, les meilleurs sont partis les premiers … ou presque. Bref, faisons l'impasse sur ces souvenirs pour le moment, la voie d'aujourd'hui n'est pas celle-ci !

Je pense donc à Mèmère qui depuis quelques années se trouve entre un ici pas tout à fait présent et, un ailleurs par tous oubliés ; Mèmère qui depuis toujours ne vit que par le passé, qui depuis quelques mois, n'a plus d'autre horizon que celui de la maison de retraite dans laquelle elle a échoué. Mèmère, dont le souvenir de la minute passée est un abysse sans nom, mais qui peut te parler des heures de la journée ensoleillée du jour de ses 5 ans 6 mois et 4 jours avec grande précision. Souvenirs oubliés, souvenirs tronqués, souvenirs trompés … ? Mèmère rêve, Mèmère invente, Mèmère se -invente, Mèmère oublie, Mèmère délire … Mèmère danse un tango endiablé avec son Alzheimer …

Peu de souvenirs partagés, peu de liens noués mais l'amour pour un Papy gâteau vers elle s'est déporté … S'il n'en reste qu'une, c'est celle-là … Je n'ai plus rien à attendre de cette Mèmère sans présent, je n'ai plus rien à reprocher à cette Mèmère qui n'a plus de souvenirs ou si peu, je n'ai plus qu'à la prendre comme elle est, redevenue enfant, ayant oublié jusqu'à l'existence de ses enfants, elle ne saura sans doute même pas qui je suis … Je ne sais d'ailleurs même plus qui elle est …

Mèmère, je m’apprête à la voir ainsi pour la première fois, je redoute au coin de ma pensée que ce ne soit pour la dernière … Mèmère je m'apprête à la voir mais je ne sais pas ce que l'on va se dire, je ne sais pas …

Alors Mèmère, qui m'aura oubliée après que j'aie fermé la porte, je voulais lui laisser une trace éternelle, intemporelle, qu'elle pourra s'approprier à sa guise, comme une ancre vers quelqu'un, quelque part qui pense à elle et qui, malgré toutes ses impasses, l'aime tant bien que mal.

Pour trouver l'inspiration de cette pensée, je me suis servie du Sketch proposé Sev' de Carte Maniak. Pour en savoir plus c'est ici !

 

Source: Externe

 

Et voici, la carte que Mèmère aura auprès d'elle, très bientôt :

CARTE MEMERE

 

Je te laisse aller te créer de magnifiques souvenirs qui échapperont j'en suis sûre à l'oubli ; je vais tâcher d'immortaliser ceux des Amours de ma vie et oublier un peu le tango d'la Mamie;-)

 

L'avenir nous promet des billets plus doux et, à coup sûr bien plus rigolos, alors, si l'envie t'en dit reviens-moi ;-) J'en profite pour remercier celles qui me sont désormais fidèles, se sont abonnées (ou non), et me laissent de gentils commentaires tous aussi gentils les uns que les autres.

 

A très vite !

 

PS : aucune écrevisse n'a été malmenée pendant notre séjour, toutes ont regagné le cours (d'eau) de leur vie !